Une vie de contemplation

Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et les emmène à l'écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux: son visage resplendit comme le soleil, ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Et voici que leur apparurent Moïse et Elie qui s'entretenaient avec lui. Intervenant, Pierre dit à Jésus: «Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, une pour Elie.»Comme il parlait encore, voici qu'une nuée lumineuse les recouvrit. Et voici que, de la nuée, une voix disait: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qu'il m'a plu de choisir. Écoutez-le!» En entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre, saisis d'une grande crainte. Jésus s'approcha, il les toucha et dit: «Relevez-vous! soyez sans crainte!»  Levant les yeux, ils ne virent plus que Jésus, lui seul.

Evangile de la  Transfiguration, selon saint Matthieu - chapitre 17, versets 1 à 9

 

La lumière de la Transfiguration éclaire tous les disciples du Christ.
           

Le roc de la montagne parle de Dieu.

Car, dans la personne du Christ Jésus, Dieu s’est fait homme au creux d’un rocher.

C’était dans une grotte à Bethléem, en terre d’Israël.

Sa mort, comme sa naissance, eut lieu sur une Montagne, celle du Golgotha, un jour à Jérusalem.

Il fut alors déposé dans un tombeau creusé dans le rocher.

Trois jours après, la montagne de la mort devenait le jardin de la Résurrection, victoire éclatante de Pâques !

Sur la montagne, c’est de cette victoire dont les moines vivent et dont parle leur vie.

Ils traduisent en patience le désir du royaume promis par le Seigneur Jésus.

Dans la paix, les cisterciens attendent la vie éternelle.

 

« Il est heureux que nous soyons ici ! »