Quelques dates importantes du monastère

28 août 1850 : les fondateurs, moines d’Aiguebelle prennent possession de « La Felgère », offerte par deux prêtres, les frères Chalbos à dom Orsise alors abbé d’Aiguebelle.

21 novembre 1852 : dom Gabriel Mombet, envoyé d’Aiguebelle, est élu comme premier prieur de la fondation.

22 août 1854 : dom Gabriel est élu abbé d’Aiguebelle, la Maison Mère.

10 mai 1855 : dom Emmanuel Bernex est élu second prieur. C’est lui qui commence la construction du « nouveau monastère ».

21 juillet 1858 : dom Polycarpe Marthoud est nommé prieur. Il poursuit l’oeuvre de construction de son prédécesseur.

16 juillet 1861 : la communauté quitte « La Felgère » pour prendre possession du nouveau monastère. 

16 juin 1874 : dom Polycarpe Marthoud est élu premier abbé de Notre Dame des Neiges.

26 septembre 1878 : passage de Robert Louis Stevenson avec Modestine. Début novembre 1880  la communauté échappe aux expulsions anticléricales grâce à une chute de neige providentielle.

24 juin 1882 : démission de dom Polycarpe, qui part en avril, pour la Syrie, avec une quinzaine de religieux. C’est la fondation « refuge » Notre Dame du Sacré Coeur à Akbès.

1882- 1887 : le prieur, dom Joseph Godard, au prix de grands sacrifices, administre l’abbaye.

8 octobre 1887 : dom Martin MARTIN (Martin 1er) est élu second abbé.

16 Janvier 1890 : entrée du Vicomte Charles de Foucauld. Il devient frère Marie-Albéric, le 26 du même mois lors de sa prise d’habit. Le 26 juin 1890 il rejoint la Trappe d’Akbès et dom Polycarpe. Il fera profession le 2 février 1892. Frère Marie Albéric quitte la Syrie le 10 septembre 1896.

1892 : Tentative de fondation d’un prieuré, « Notre Dame de Bon repos », à Saint Julien de Cassagnas dans le Gard. Le P. Eugène en est le prieur.

1892 : Tentative de fondation d’un prieuré, « Notre Dame de Bon repos », à Saint Julien de Cassagnas dans le Gard. Le P. Eugène en est le prieur.

25 octobre 1895 : mort de dom Polycarpe en Syrie.

1901 - 1903 : quelques religieux (et la bibliothèque !) s’installent au refuge de Cordemois en Belgique, devant les nouvelles menaces d’expulsion.

9 juin 1901 : ordination de Charles de Foucauld à Viviers (en même temps que le futur dom Augustin). Le lendemain il célèbre sa première messe à l’abbaye.

11 décembre 1908, à 52 ans, mort du P. abbé dom Martin 1er.

Janvier 1909 : élection de dom Martin Jouve (Martin II). Il était Prieur d’Aiguebelle.

Nuit du 26 au 27 janvier 1912 : un incendie  réduit en cendres une bonne partie du monastère. Découragé, dom  Martin retourne à Aiguebelle. Le P. Augustin, son cellérier est alors nommé prieur.

2 juillet 1912 : pose de la première pierre du troisième monastère sur les plans de Monsieur le Chanoine Léon Laurens, architecte diocésain de Mende.

2 octobre 1912 : élection de dom Augustin MARTIN comme quatrième abbé. Il reconstruit le monastère. Quand la guerre éclate en 1914, il ne manque que le coté Ouest.

1914-1918 : le monastère est occupé comme hôpital militaire.

1er décembre 1916 : assassinat du Père de Foucauld à Tamanrasset.

2 juillet 1918 : prise de possession d’une partie du monastère reconstruit.

4 août 1921 : dédicace solennelle de la nouvelle église par Mgr Cuzin, évêque de Mende.

2 mars 1932 : mort du P. abbé dom Augustin. Il restera le fondateur de l’oeuvre des vins de Messe, qui fit longtemps vivre la communauté.

21 Avril 1932 : élection de dom Jean Marie Balmès comme cinquième abbé.
Pendant la guerre de 39-45, dix-sept moines sont mobilisés. Quatre prisonniers ne reviennent qu’en 1945, dont le futur dom Claudius Valour.

Robert Schuman trouve refuge à l’abbaye à la fin de la guerre.

23 juin 1949 : décès du P. abbé dom Jean Marie Balmès.

23 juillet 1949 : élection du sixième abbé, dom Toussaint Louche, originaire de Laval d’Aurelle. Il était entré à l’abbaye comme petit oblat en 1916.

13 août 1950 : centenaire de l’abbaye, présidé par Mgr Couderc, Évêque de Viviers.

6 mars 1959 : décès de dom Toussaint à l’âge de 56 ans.

2 avril 1959 : élection du septième abbé, dom Claudius Valour. Il entreprit de vastes constructions dont la grande hôtellerie en 1960, le réaménagement de l’église en 1965, la reconstruction des caves dès 1964 et celle de bâtiments pour l’accueil en 1980.
Il accueillit la grâce du Concile Vatican II et son renouveau liturgique et fit ériger en mémoire de cet événement ecclésial une chapelle en l’honneur de St Joseph, patron de l’Eglise universelle. Ces entreprises furent possible grâce au bon fonctionnement des caves de Notre Dame des Neiges

7 décembre 1965 : acceptation de la paternité sur l’abbaye des moniales de Bonneval en Aveyron.

1966 : accueil de 7 moines venus de l’abbaye de Bonnecombe, fille d’Aiguebelle qui a du fermer.

13 février 1972 : acceptation de deux nouvelles maisons filles : Sainte Marie du Désert et Notre Dame des Dombes. En avril, cession de la Propriété de Saint Julien de Cassagnas, le site de Bellegarde, aux portes de la Camargue, étant devenu le lieu de production des vins de Notre Dame des Neiges.

1978 : reconnaissance légale de la Communauté devant l’Etat.

16 août 1978 : acceptation de la paternité sur le nouveau Monastère des moniales de la Paix Dieu, près d’Anduze, fondation de l’abbaye Notre Dame des Gardes

1982 : démission de dom Claudius Valour.

5 novembre1982 : élection de dom Pierre Marie Fayolle. Il devient le huitième abbé du monastère à l’âge de 32 ans.

An 2000 : à l’occasion du Grand Jubilé de la Rédemption, rénovation totale de l’église, intérieure et extérieure, des cloîtres, du scriptorium et du réfectoire.

24 avril 2001 : nomination d’un administrateur apostolique en la personne de dom Jean Marie Couvreur, abbé de Sainte Marie du Désert.

Septembre 2002 : fermeture de l’abbaye Notre Dame des Dombes, fille des neiges, elle poursuit son existence avec la « Communauté du Chemin Neuf. »

7 juillet 2003 : élection de dom Hugues de Seréville, moine de  La Trappe de Soligny comme neuvième abbé régulier. Il avait été choisi comme supérieur en août 2002.


13 novembre 2005 : béatification du P. Charles de Foucauld, à Rome par le Pape Benoît XVI.


1er Mai 2006 : installation des Petites sœurs de Nazareth et de l’Unité au lieu même où vécut le Bienheureux Charles de Foucauld.
Juillet 2006 : cessation de l’activité vinicole.


1er décembre 2006 : Au jour du 90ème anniversaire de la mort du Bienheureux Charles de Foucauld, l’autel de l’oratoire qui lui est dédié est consacré. Le 3, Mgr François Blondel, évêque de Viviers, bénit cet oratoire