Quelques repères de la vie du bienheureux Charles de Foucauld

Un autre éminent personnage marque définitivement de son empreinte la vie de la communauté.

Le 16 janvier 1890, Charles de Foucauld entre au monastère. Sa décision n’est pas prise à la légère.

Depuis longtemps il menait une vie désordonnée à cause des blessures de l’enfance et des aléas d’une vie qu’il subissait plus qu’il ne l’avait choisie.

Touché par le message de Jésus et l’appel à ne vivre que pour lui, après un voyage au Maroc et un long pèlerinage intérieur, il se décide pour la vie monastique et choisit la Trappe la plus pauvre de France.

 

Charles de Foucauld ne reste pas longtemps à Notre Dame des Neiges, sept mois en tout. Il y laisse une empreinte indélébile : C’est un vrai frère !

 

Il rejoint le Père abbé dom Polycarpe qui sera un maître sûr pour lui et qui est supérieur d’une fondation de l’Abbaye en Syrie : la Trappe d’Akbès. Charles l’écrira dans une des très nombreuses lettres qu’il envoya au monastère et que nous conservons :

« J’ai gardé tout Notre-Dame des Neiges dans mon coeur »…
 

        
    

Il y revient en 1900-1901 pour se préparer à l’ordination sacerdotale qu’il reçoit à Viviers, le 9 juin 1901.

C’est ici, à Notre Dame des Neiges que, le lendemain, il célèbre sa première messe. Il repassera au monastère en 1911.

 

Moine il le restera toujours, même aux confins de l’Algérie et du Maroc, ermite au désert, ami et apôtre des Touaregs. Il meurt assassiné, victime du fanatisme musulman en pleine première guerre mondiale, le 1er décembre 1916. Il n’a que 58 ans et déjà toute la sagesse des saints.

 

Béatifié le 13 novembre 2005 par le Pape Benoît XVI, le petit frère du Frère universel qu’est Jésus marque les lieux du rayonnement de sa charité et de son amour de Dieu.

Il a contemplé et aimé Jésus, dont il a voulu prendre avec Lui la dernière place. L’Eglise nous le donne en exemple pour que Jésus soit aimé et servi, jusque dans le plus petit de nos frères : Dieu est amour.